FrançaisEnglish繁體中文EspañolItalianoفارسیPortuguêsDeutsch

Colombie : Sur un air de salsa, les plaintes des usagers des transports publics

1353442480_521a0e598a_z

Cet article est également disponible en: Anglais, Chinois traditionnel, Espagnol

De Juliana Rincón Parra chez Global Voices

Une chanson et une vidéo au rythme de la salsa illustrent le petit enfer qu’endurent les utilisateurs du système de transport public Transmilenio de Bogota.

C’est avec humour et des paroles justes accompagnées d’images montrant les abus et les embouteillages qu’endurent quotidiennement les usagers, que la chanson aux rythmes de salsa “Ici, il y a de tout sauf des places” est devenue célèbre sur le Net. Malgré le fait qu’aucun artiste n’en ait réclamé les droits d’auteur, la vidéo a été publiée sur Youtube par l’utilisateur emmamikor sous une licence d’attribution de Creative Commons. Sur le forum colombien Skyscrapercity où les gens discutent de l’infrastructure du transport, le blogueur transmillen3mundista a transcrit les paroles de la chanson, ces dernières décrivent parfaitementl’expérience de monter dans le Transmilenio.

Je suis mal à l’aise dans le Transmilenio, très mal à l’aise

Faut faire attention aux carreaux cassés, aux trous.

une vieille monte, de mauvaise humeur et l’air terrible

Que se passe-t-il ici, pourquoi tant de dames debout ?

Qui me donne sa place, apparemment ici il n’y a aucune

Je suis  indigné mais avec beaucoup de respect, je lui réponds :

ici il ne manque pas de messieurs, Madame, mais de place

ici il ne manque pas de messieurs, Madame, mais de place. Désolé !

En suivant le lien vous trouverez la vidéo avec les sous-titres en espagnol, anglais et français :

Bien que pendant des années on se soit référé au système de transport de Bogota le Transmilenio comme à un modèle de développement urbain [en anglais], il semblerait que la ville a épuisé le système. Prenons par exemple cette vidéo réalisée par Streetfilms [en anglais] qui décrit le Transmilenio comme “le système de circulation rapide d’autobus le plus avancé au monde”. Dans la vidéo, l’équipe de travail est guidée par le frère de l’ex maire et on y montre le système du point de vue de ceux qui y travaillent, et évidemment celui-ci est totalement opposé à celui présenté dans la vidéo “Ici, il y a de tout sauf des places”. En fin de vidéo, ils admettent avoir remarqué les embouteillages tout au long de la journée, mais on se rend bien compte que rien n’a été filmé pendant les heures de pointe.

Il n’y a pas que les passagers qui souffrent à cause du Transmilenio : quand le journal d’informations de la chaîne télévisée Caracol a envoyé un reporter enquêter sur les problèmes que rencontrent les usagers du Transmilenio…On lui a volé son porte-feuille. L’insécurité n’est pas le seul problème, comme l’affirme sur Youtube Punkie54, à travers le remix [en anglais] qui combine photo et vidéo sur le transport dans le Transmilenio avec la chanson de reggaeton “Making love with clothes on” [Faire l’amour habillés, en anglais] :

Enfin, transmillen3mundista conclut sur ce qui apparaît comme le problème de fond du système Transmilenio : il n’a pas évolué.

La ville change continuellement, tout évolue. Depuis 12 ans, on a la même chose qu’avant, les mêmes ponts, les mêmes gares, l’espace public. Il y a eu très peu de modifications telles que le renouvellement du  revêtement des sols des gares et les ponts par des dalles de ciment, et autres détails. Les changements sont nécessaires ou nous tomberons dans la routine, mais beaucoup disent que ces renouvellements engendrent des coûts. Le Transmilenio se remplit de ce gris déprimant : les dalles, les gares, les ponts, les entrées, la fumée, etc. Un changement pour changer tout ce gris serait le bienvenu, par exemple mettre en place des toitures vertes, sans oublier un changement des itinéraires des trajets principaux privilégiant les espaces verts.