FrançaisEnglish繁體中文EspañolItalianoفارسیPortuguêsDeutsch

Jordanie : Une chaîne humaine pour les droits des femmes à la dignité et la cohésion sociale

168839_373503832704696_258803922_n

Cet article est également disponible en: Anglais, Chinois traditionnel, Espagnol

De Nadine Toukan chez Global Voices

Durant l’après-midi du lundi 25 Juin 2012, plus de deux cent personnes ont créé une chaîne humaine dans les rues de la ville d’Amman, pour manifester contre les “crimes d’honneur”, le harcèlement, la discrimination à l’égard des enfants des femmes jordaniennes dont le mari est étranger, mais aussi contre les violeurs autorisés à épouser leur victime afin d’éviter les poursuites judiciaires.

Les manifestants de la chaîne humaine dont le thème  est زيّي زيّ (Il n’y a pas de différences entre toi et moi) portent avec assurance des pancartes où sont écrites des douzaines d’affirmations demandant la modification des lois et l’évolution des comportements, prônant le respect des droits des femmes afin d’influer sur la cohésion sociale de la société et revendicant la nécessité d’un changement urgent et vital en Jordanie.

Initiée par les mouvements populaires Ayna Naqef (Où en sommes nous?), la campagne Pas d’honneur dans le crime [en arabe]), la collaboration inclut Ma mère est jordanienne et sa nationalité me revient de droit [en arabe], et Mush Shatara (Pas Sympa), et Contre la loi 308 du droit pénal jordanien [en francais], aussi bien que des personnes venues manifester individuellement.

Dans une note, Toleen Touq, l’animatrice qui a déclenché la réaction en chaîne écrit:

Nous sommes des hommes et des femmes, certains sont indépendants, d’autres font partie de campagnes communautaires, et nous nous joignons pour créer une chaîne humaine dont le message est un refus collectif à toutes les pratiques de discrimination contre les femmes en Jordanie.

Sur AndFarAway, Roba Al-Assi blogue:

Laissez-moi vous rappeller que dans notre pays, le système autorise légalement un homme à violer n’importe quelle jeune fille dans la rue et à échapper aux poursuites judiciaires en l’épousant. Laissez-moi vous rappeller que dans notre pays, plus de 112 femmes jordaniennes ont été sauvagement assassinées par leur propre famille pour “l’honneur”, dans les dix dernières années. Bien sûr, cela est joyeusement toléré par le droit pénal de notre pays. Laissez-moi vous rappeller que dans notre pays, les lois sont sexistes, injustes et avides, c’est pourquoi mes enfants ne peuvent pas obtenir ma nationalité juste parce que je suis une femme. Laissez-moi vous rappeller que dans notre pays, en tant que femme, les articles 97, 98, 100, 340, et 345 affectent notre sécurité et notre bien-être dans notre propre pays. Laissez-moi vous rappeller que dans notre pays, le mot honneur est devenu synonyme de blasphème. 

Rozan Khalifeh du mouvement No Honor In Crime parle de la chaîne humaine dans cette vidéo du site d’information AmmonNews [en arabe]:

La plupart des personnes présentes ici sont des jeunes femmes, des hommes, des mères et des pères plus âgés, de toutes les classes de la société jordanienne. Nous sommes ici pour refuser toutes les formes d’actions qui blessent les femmes, et toutes les lois discriminantes envers celles ci. Nous sommes ici pour nous soutenir les uns les autres et militer pour les mouvements en faveur des droits des femmes. Certains passants ont aussi arrêté leurs voitures pour se joindre au mouvement. Nos appels à l’action concernent les comportements sociaux aussi bien que les lois. Même si nous appartenons à des initiatives et à des mouvements différents, nous joignons nos forces pour un effort particulier, comme aujourd’hui la chaîne humaine, afin de mieux servir nos buts et pour que le parlement entende nos voix.

Plus de détails dans ce reportage video de AlghadTV [en arabe]. Voyez photos et slogans postés par Roba sur son blog, l’album No Honor In Crime et l’album du blog de Freeke

Traduction Clémentine Dupuy-Roudel