FrançaisEnglish繁體中文EspañolItalianoفارسیPortuguêsDeutsch

« Nids de poule » et politique: Les citoyens font usage de la peinture pour résoudre les problèmes urbains

DSC01633_ready8

Cet article est également disponible en: Anglais, Chinois traditionnel, Espagnol

De Vilhelm Konnander chez Global Voices

Être ingénieur de routes en Russie doit être un vrai cauchemar. La combinaison d’un climat austère, de boue et de marécages, avec des gels et des dégels annuels, rend l’entretien des routes quasiment impossible.  Au printemps, certaines routes flottent tout simplement. Récemment, ces routes ont été classées en 125e rang sur les 139 au monde, par le Forum Économique Mondial (2011-2012 Global Competitiveness Report).

On pourrait croire que la plupart des russes ont décidé d’abandonner la tâche. Alors que dans d’autre pays comme au Canada qui présente des conditions similaires, peu seraient étonnés, en Russie, les routes sont devenues une tache sur la fierté nationale et sur les forces de l’homme à combattre la nature.  L’année dernière, le premier ministre de l’époque Vladimir Poutine avait annoncé un programme important pour doubler les efforts de construction routière.

Comme pour la plupart des plans super ambitieux, les Russes sont sceptiques quant à sa réalisation, et prennent entre temps les choses en mains, comme dans le cas de Yekaterinburg, la 4e plus grande ville de Russie.

« Faites travailler les bureaucrates ! » est le slogan de la campagne locale russe menée par l’agence régionale d’information sur internet  Ura.ru. Leur solution au problème des routes est simple et élégant : ils peignent avec du spray le portrait de dignitaires autour des nids de poule, avec l’extrait de leurs promesses, et devinez quoi ? Le problème est réglé.

Ce qui a pris aux politiciens locaux des années à ne pas faire, est maintenant réglé au cours d’une nuit. L’embarras d’avoir leur portrait relié si directement aux nids de poule, a simplement fait courir les autorités locales et paver au plus vite les trous dans les rues et les routes.

Alors, quel genre de réaction a-t-on vu dans les réseaux sociaux russes ?

L’utilisateur Twitter @ekalmurzaeva s’exclame [ru] :

C’est ainsi qu’on fait travailler les bureaucrates ! Leur portrait a aidé à réparer la route.

L’utilisateur LJ salvatoreha souligne l’efficacité de la campagne, mais mentionne [ru] qu’il ne s’agissait pas d’une victoire facilement gagnée.

Souvenons-nous comment les artistes ont peint les portraits des personnes officielles sur les routes, avec les trous qui comblaient leur bouche. Cette action s’est prouvée bien plus qu’efficace. Au début, les autorités ont simplement repeint sur les images ou enlevé une couche d’asphalte. Pendant la nuit, les instigateurs de cette campagne ou rajouté des graffitis « Peindre par dessus ne veut pas dire résoudre le problème!». Le matin, les travailleurs municipaux ont tout simplement comblé les trous. 

L’utilisateur LJ de Yekaterinburg, Ivan Dmitriyev,  rajoute [ru] avec un brin d’humour local :

Une douzaine d’agences d’information ont parlé de cette action. Mais l’administration municipale a réagi avec humour devant ces incidents, et ont dit que le Gouverneur Yevgeny Kuyvashev devait faire une promenade nocturne dans la ville et était curieux de voir ces caricatures. Mais certains fonctionnaires municipaux ont décidé de ne pas traumatiser leur patron. Déjà au matin, tous les trous étaient comblés, l’asphalte posé, et les faces avec les trous dans les bouches recouvertes.

Le résultat était atteint – plus de trous. Quelle bénédiction dans la ville ! Apparemment, quand les bureaucrates ferment les yeux aux problèmes urbains, ils doivent les rouvrir quand leur propre rang est remis en question.

Ce qui n’est pas dit est encore plus intéressant. Les critiques de la campagne « Faisons travailler les bureaucrates ! »  sont durs à trouver dans les médias sociaux. Comme un blogger l’a mentionné, même les politiciens attaqués se montrent positifs à l’initiative de mettre les bureaucrates au travail.

En fait, la méthode est si efficace qu’on pourrait se demander combien temps il faudra pour que cette campagne soit instaurée à l’échelle nationale, possiblement par le mouvement des automobilistes russes. Alors que les législateurs et la police minent les droits politiques, ce genre de campagne démontre une croissance des alternatives d’actions populaires, une société spontanée en évolution, qui cherche à résoudre les problèmes actuels dans la vie de tous les jours.

Traduit de l’anglais par Felicia Todor.